bandeau_mcp.gif '; } ?>
function clignotement(){ if (document.getElementById("MonElement").style.display=="block") document.getElementById("MonElement").style.display="none"; else document.getElementById("MonElement").style.display="block"; } // mise en place de l appel r�gulier de la fonction toutes les 0.5 secondes setInterval("clignotement()", 700); */ //$testbandeau = isset($_GET['test']) ? $_GET['test'] : '0'; //if($testbandeau=='bandeau') // /* */ /* */ echo '

'; // else // echo '

LA NOUVELLE CANTINE OUVRE SES PORTES: DESSERTS A VOLONTE

'; ?>
mon père ce héros
davidstr (3)


Davère-aistéire
manu (2)


contexte : L'étreinte.
manu (1)


Psychose
Maya de Luna (12)


Assumer
dibp (5)


Vendez vous... vous êtes cernés.
manu (16)


A la limite
davidstr (2)


La vie inversée de John
maniaxmemori (5)


Anti-manuel du petit terroriste.
manu (1)


Rituel expiatoire compulsif
manu (2)


Exercise à contraintes
davidstr (6)


Chroniques d'une liberté conditionnelle
manu (1)


A mort à mort
manu (8)


au fil de mes mots
davidstr (2)


Le ministère de la salubrité lubrique
manu (4)


les mots là
davidstr (2)


The Dead Poney
dibp (2)


Lettre d'amour empreinte de lyrisme et de poésie.
manu (7)


Ecrire des choses incompréhenssibles
davidstr (8)


Dictons impopulaires (inventés ou non)
manu (1)


Et ta mère
manu (3)


le monde du travail
manu (9)


Docu animalier : La vie du DOPI
jackf (3)


HAM-G-DALAEM
(2)


Engager moi
davidstr (1)


T'as vu qui je suis
davidstr (14)


Initials
davidstr (6)


J'écrirais
davidstr (2)


Métamorphose
dibp (3)


cadavre(s) exquis (Mon Cadavre Participatif)
manu (1)


Vos gazons seront nets et propres
Pola.k (10)


PressePipole
jackf (11)


Le croqueur
davidstr (1)


Par la force des choses
davidstr (4)


Alexandrins ONLY
manu (3)


Le parloir.
manu (3)



davidstr (1)


pas très loin
davidstr (3)


Banlieue.
manu (4)


Et de droite vous êtes
davidstr (1)


Quelques mots en vrac
davidstr (3)


Maternité
Brain Damage (11)


Kiev. 1979
manu (5)


Les globules
davidstr (2)


Lorsque les stylos.
manu (3)


les ogm
davidstr (1)


Le monolithe
davidstr (5)


Poupées gigognes
davidstr (1)


Sans nom
manu (4)


Le rêve
davidstr (3)


Livre blanc contre les entraves aux spectacles amateurs
Siegfried Gautier (1)


Bouddha au frigo.
manu (2)


Carte post-hâle
manu (4)


Pas de surprise
tourbillons73 (1)


Le Bestiaire MCP
Pola.k (6)


Sans nom
jackf (11)


histoire de la philosophie en 5 minutes au café ce matin
danah (4)


la philosophie de Plotin en 5 minutes en attendant un pote
danah (3)


une tite chanson pour thierry
Pola.k (4)


A la recherche de pouyou...
aisyk (4)


OufMag : Créer .... en 10 leçons.
DomNukem (1)


Bordélique
francois35420 (5)


Slip des bois
Alexis (1)


Jadis le
MataJanka (21)


Mireille Dumoins speakerine chez Ma Compil Plaisante
jackf (5)


Ma ville
Spleen (5)


un jour
tbls (7)


Sans nom
manu (1)


Demain j'arrête.
manu (3)


#include <iostream.h>
manu (8)


Sans nom
MataJanka (2)


Trop rêvé
Maya de Luna (3)


sam
bibifricotin (2)


Naissance.2
lonah (1)


Ces jours de peine
Maya de Luna (3)


My secret garden is already a big mess (yes indeed)
Pola.k (1)


AIDE

Dernières participations

la philosophie de Plotin en 5 minutes en attendant un pote

Orgie proposée par: danah (320)

Plotin vécut à Rome, mais pas seulement. Auparavant, il participât à la guerre contre les perses dans l’intention avouée de converser avec Mani (qui avait fondé quant à lui le manichéisme). Comme quoi, les guerres antiques constituaient en un sens une série de recontres interculturelles. On ignore s’il finit par croiser Mani ou pas. À Rome, donc, il s’établit dans une villa qu’un plus riche lui avait prétée, et enseignât quelques décennies entouré de disciples plus ou moins intéressants et plus ou moins fortunés. Comme quoi, dans l’antiquité, si l’on avait des choses intéressantes à raconter, on pouvait toujours se trouver un mécène qui vous fournisse un toit et un bout de jardin pour penser plus confortablement. Heureuse époque ! Encore que, on l’oublie souvent, on ne vivait en général pas bien longtemps en ces temps là. Plotin lui vécut septuagénaire, sans doute parce qu’il était un sage, ou bien parce qu’il s’était nourri au sein de sa nourrice, dit Porphyre, jamais avare d’anecdotes indiscrètes, jusqu’à l’âge de neuf ans. Heureux homme ! On ne vivait pas bien longtemps, d’abord parce que les temps étaient difficiles, on n’avait pas encore inventé la médecine moderne, et c’était plus dur encore lorsqu’on était élu empereur : la grande majorité ne manquaient pas d’être assassinés dans les premières années, voire les premiers mois suivant le début de leur règne, si bien qu’on pouvait tout à fait vivre dans un coin un peu éloigné de l’empire en croyant mordicus qu’on était gouverné par Claude II dit le Gothique, alors qu’en réalité, c’est un certain Aurélien qui gouvernait le monde. La précarité des choses sublunaires obligeait forcément la plupart des gens, et notamment les philosophes, à reporter leur besoin de stabilité sur des objets plus satisfaisants, par exemple les dieux. Comme l’empire était vaste, les dieux étaient fort nombreux, et comme Constantin n’avait pas encore vu le Chrisme surgir dans le ciel lors de la bataille du Pont de Milvius, et prononcé ses édits instituants le christianisme comme religion impériale, les paiens étaient encore tranquilles dans l’ensemble, un peu moins que les chrétiens bien sûr, et pouvaient s’adonner à de multiples cultes orientaux, vénérer les divinités egyptiennes, ou romaines ou gauloises, et un peu partout, fricoter avec les Cybèle, Attis, Mithra, Isis et Sérapis, Jupiter, Junon et Minerve, Taranis, Teutatès, Esus et j’en passe. On ne peut pas comprendre Plotin si on ne se fait pas une petite idée de ce vaste foutoir. Comme il ne croyait pas, parce qu’il se voulait inspiré par Platon et Aristote, en un Dieu personnel, providentiel, qui prendrait soin de nos petites affaires d’ici-bas, il décidât qu’une âme du monde suffirait pour dompter les passions des hommes et des choses, une qui embrasserait en quelque sorte toutes choses sensibles et vivantes, et les loghorrées humaines, lesquelles sont la plupart du temps vaines et creuses, et que pour le reste, on constituerait un bel arrière-pays, dégagé de toute cette fange, purifié par nos contemplations, qui ne l’oublions pas sont l’autre nom du désir, le tout parachevé par l’inaltérable lien unaire, qu’il se contentera de désigner par l’Un (et parfois le Bien), objet du désir inconscient de toutes choses, objectif inavoué de toute parole, fondement inaperçu de tout ce qui s’essaie à croître ou à penser (ce qui est au fond la même chose). Ayant dit cela il ajouta qu’on ne pouvait pas en dire grand chose du lien unaire, étant donné qu’à le dire on le soumettait à nos propres délires et du coup, on le ratait, alors mieux valait ne rien en dire du tout ou bien se contenter de l’aimer dans sa solitude environné d’un silence porteur de toutes les promesses du monde. Plotin, qui ne refusait pas de temps à autres une petite jouissance, et sans doute parce qu’il avait têté le sein de sa nourrice jusqu’à l’âge de neuf ans etc., aimait à filer parfois seul vers le seul comme il le disait joliment. Ce n’était pas très sympa pour ses copains, mais quand il redescendait, toujours avec regret, il lui venait des idées intéressantes que les disciples prenaient en note et réunirent sous le titre des Énnéades.
Orgier, mme si on ne connat rien Plotin (cela dit : moi je connais)
Participations suspendues Réactions (0): VOIR/REAGIR

- | RANG 2 | -

Participation de Pola.k (324)

 

j'ai connu un philosophe

au XXI° siècle

 

c'était un siècle physique et charnel.

 

Il faudrait, pour que vous puissiez vraiment comprendre,

que vous soyiez capable de vous figurer comment à cette époque

toute chose était tangible,

et comment on pouvait ressentir la densité d'un objet

simplement y posant la main.

Et comment l'âme se butait à chaque coin de table,

et comment elle se trouvait bloquée devant des portes

qui parfois n'auraient pas même laissé passer

un courant d'air

 

Et ce siècle comptait, à l'évidence, bien plus de sophologues

que de véritables amoureux

 

j'ai connu un philosophe

au XXI° siècle

je ne me souviens pas, hélas, qu'il ait dit quelquechose.

 

Genèse:danah(320) ->Pola.k(324)
en cinq minutes, ou trente secondes chrono, ma foi, qu'est ce que le temps a voir dans cette histoire, hein ?
Participations suspendues Réactions (0): VOIR/REAGIR

- | RANG 3 | -

Participation de danah (326)

 

j'ai connu un philosophe

au XXI° siècle

je l'ai connu aussi je crois
Il trainait  du côté  du canal de l'Ourcq
Où personne ne va jamais

 

c'était un siècle physique et charnel.
un siècle où la chair et les mots s'étaient détachés les uns des autres
où les mots flottaient perdus, sans ancrage à la chair
et la chair n'avait plus aucun mot pour la chanter

 

Il faudrait, pour que vous puissiez vraiment comprendre,

que vous soyiez capable de vous figurer comment à cette époque

toute chose était tangible,

et comment on pouvait ressentir la densité d'un objet

simplement y posant la main

son épaisseur,

et si vous écoutiez chacun de ces objets, on pouvait sentir la pulsation du sang dans ses veines 

Et comment l'âme se butait à chaque coin de table,

et comment elle se trouvait bloquée devant des portes

qui parfois n'auraient pas même laissé passer

un courant d'air

le fantôme de quelque chose qui avait existé autrefois

lorsque les mots et les choses étaient alliés

C'était il y a bien longtemps

avant que les mots s'échappent des choses et fassent leur propre chemin

décrètent leur propre territoire, plantent leurs drapeaux,

laissant les choses à elles-mêmes, oubliées. 

 

Et ce siècle comptait, à l'évidence, bien plus de sophologues

que de véritables amoureux

 

On y comptait les choses plutôt que de les caresser avec les mots comme

les poètes amoureux d'autrefois

on les comptait, on les rangeait dans des discours après les avoir compté 

on en causait doctement

 

si bien que plus personne n'aimait d'abord 

mais comptait avant d'aimer et de se laisser aimer

 

et les choses demeuraient sans personne pour les effleurer 

 

j'ai connu un philosophe

au XXI° siècle

je ne me souviens pas, hélas, qu'il ait dit quelquechose.

 

Genèse:danah(320) ->Pola.k(324) ->danah(326)
(il est trs belle ton orgie Pola, je suis comme une midinette toute mue par "Et ce sicle comptait, l'vidence, bien plus de sophologues, que de vritables amoureux" Cela m'a donn une autre pome que j'ai crit ce matin je ne sais pas trop comment. je me suis beaucoup moqu de la posie autrefois. mais aujourd'hui je n'arrive pas crire quoi que ce soit d'autre. Thx bella.
Participations suspendues Réactions (0): VOIR/REAGIR

RETOUR A L'INDEX DES ORGIES

*/ ?>