bandeau_mcp.gif '; } ?>
function clignotement(){ if (document.getElementById("MonElement").style.display=="block") document.getElementById("MonElement").style.display="none"; else document.getElementById("MonElement").style.display="block"; } // mise en place de l appel r�gulier de la fonction toutes les 0.5 secondes setInterval("clignotement()", 700); */ //$testbandeau = isset($_GET['test']) ? $_GET['test'] : '0'; //if($testbandeau=='bandeau') // /* */ /* */ echo '

'; // else // echo '

LA NOUVELLE CANTINE OUVRE SES PORTES: DESSERTS A VOLONTE

'; ?>
mon père ce héros
davidstr (3)


Davère-aistéire
manu (2)


contexte : L'étreinte.
manu (1)


Psychose
Maya de Luna (12)


Assumer
dibp (5)


Vendez vous... vous êtes cernés.
manu (16)


A la limite
davidstr (2)


La vie inversée de John
maniaxmemori (5)


Anti-manuel du petit terroriste.
manu (1)


Rituel expiatoire compulsif
manu (2)


Exercise à contraintes
davidstr (6)


Chroniques d'une liberté conditionnelle
manu (1)


A mort à mort
manu (8)


au fil de mes mots
davidstr (2)


Le ministère de la salubrité lubrique
manu (4)


les mots là
davidstr (2)


The Dead Poney
dibp (2)


Lettre d'amour empreinte de lyrisme et de poésie.
manu (7)


Ecrire des choses incompréhenssibles
davidstr (8)


Dictons impopulaires (inventés ou non)
manu (1)


Et ta mère
manu (3)


le monde du travail
manu (9)


Docu animalier : La vie du DOPI
jackf (3)


HAM-G-DALAEM
(2)


Engager moi
davidstr (1)


T'as vu qui je suis
davidstr (14)


Initials
davidstr (6)


J'écrirais
davidstr (2)


Métamorphose
dibp (3)


cadavre(s) exquis (Mon Cadavre Participatif)
manu (1)


Vos gazons seront nets et propres
Pola.k (10)


PressePipole
jackf (11)


Le croqueur
davidstr (1)


Par la force des choses
davidstr (4)


Alexandrins ONLY
manu (3)


Le parloir.
manu (3)



davidstr (1)


pas très loin
davidstr (3)


Banlieue.
manu (4)


Et de droite vous êtes
davidstr (1)


Quelques mots en vrac
davidstr (3)


Maternité
Brain Damage (11)


Kiev. 1979
manu (5)


Les globules
davidstr (2)


Lorsque les stylos.
manu (3)


les ogm
davidstr (1)


Le monolithe
davidstr (5)


Poupées gigognes
davidstr (1)


Sans nom
manu (4)


Le rêve
davidstr (3)


Livre blanc contre les entraves aux spectacles amateurs
Siegfried Gautier (1)


Bouddha au frigo.
manu (2)


Carte post-hâle
manu (4)


Pas de surprise
tourbillons73 (1)


Le Bestiaire MCP
Pola.k (6)


Sans nom
jackf (11)


histoire de la philosophie en 5 minutes au café ce matin
danah (4)


la philosophie de Plotin en 5 minutes en attendant un pote
danah (3)


une tite chanson pour thierry
Pola.k (4)


A la recherche de pouyou...
aisyk (4)


OufMag : Créer .... en 10 leçons.
DomNukem (1)


Bordélique
francois35420 (5)


Slip des bois
Alexis (1)


Jadis le
MataJanka (21)


Mireille Dumoins speakerine chez Ma Compil Plaisante
jackf (5)


Ma ville
Spleen (5)


un jour
tbls (7)


Sans nom
manu (1)


Demain j'arrête.
manu (3)


#include <iostream.h>
manu (8)


Sans nom
MataJanka (2)


Trop rêvé
Maya de Luna (3)


sam
bibifricotin (2)


Naissance.2
lonah (1)


Ces jours de peine
Maya de Luna (3)


My secret garden is already a big mess (yes indeed)
Pola.k (1)


AIDE

Dernières participations

Banlieue.

Orgie proposée par: manu (387)

La banlieue moite,
était figée,
traversée d'âmes seules

Ces âmes tristes, de passants
qui saoulés par l'étrange
ne sont plus regardant.

Ô banlieue, Ô triste spectacle
Tu donnes à voir le pire
Et dans tes cabarets,
Noyés de fumée grise
se trame le désir.

Et dans tes rues,
gorgées de vies,
d'inconnus méfiants et hostiles
qui se retournent et puis s'enlassent
pour se quitter sans laisser traces.


Ô banlieue, Ô triste spectacle
Tu donnes à voir le pire
Et dans tes cabarets,
Noyés de fumée grise
se trame le plaisir.
Le texte du chant du texte du chant.
Participations suspendues Réactions (0): VOIR/REAGIR

- | RANG 2 | -

Participation de davidstr (388)

La banlieue moite et qui sue la...était figée

Traversée d'âmes seules et des groupes perdus

Individus trop seuls qui viennent marteler

A coup de graffitis l'abusrde des vies nues

 

Ces âmes tristes ces passants qui me parraissent

Etrange comme un rêve quand au fond de ma chambre

Dans les vapeurs de bière et que tous les murs tanguent

Ces âmes tristes ces passants qui me délaissent

 

Ont-ils donc jamais eus le temps de leur détresse

Un sourire être franc, le temps d'aimer la vie

On les a désarmé on étouffe leur cri

Voyez toutes ces âmes emmurés dans leur geste

 

Ô banlieue ton spectacle est celui d'une vie

Où l'homme comme moi noyé de fumée grise

Au mileu des cafés sans oreille attentive

Nous sommes des cercueils que la lumière déguise

 

Qui donc vient s'arrêter pour moi tu serais tout

Mais tu es là pourtant tout en habit de rue

Tu vas et vient pourtant sans trop savoir surtout

Les gestes de la vie si loin de la cohue

 

Passante arrêtes toi et creusons le sillon

Qui rendra notre Vie loin des absurdités

Qui me laissent sans voix loin des comptables fous

Qui dictent ici bas nos gestes rapiécés
Genèse:manu(387) ->davidstr(388)
je sais c'est plus du tout la mme ambiance.
Participations suspendues Réactions (0): VOIR/REAGIR

- | RANG 3 | -

Participation de manu (389)

Putain j'avais fait des modifs et Firefox a planté...

 

 

 

Banlieue moite, temps obscurs

Trains qui passent, vies détruites,

Banlieue moite, et bruits sourds

Trains qui crissent et s'ébruitent.

 

Banlieue moite, sans futur,

Vies qui trainent en longueur

Banlieue moite et blessures

Tu étouffes les pleurs.

 

Tu étouffes les rires,

des âmes de la nuit,

Quand tout le monde s'endort,

Tu brilles de mille feux 

 

Banlieue moite, black blanc beur,

Tu éclates les différences

Dans l'anarchie de ta folie, 

Tu mélanges les sens. 

 

Genèse:manu(387) ->davidstr(388) ->manu(389)
C'est nul ... Pure pas inspir du tout.
Participations suspendues Réactions (1): VOIR/REAGIR

- | RANG 4 | -

Participation de jackf (390)

Mise au banc, non lieu, identité de l’absence,

 

Terrains vagues, friches et fleurs de grillage

 

Des ombres sans racines passent, furtives.

 

Poussées d’un souffle d’exil.

 

 

Déplacés ici, en transit dans ce silence étrange 

les âmes pèsent, légères. 

Un corps au dessus des flaques franchit une passerelle, 

Le temps rouille, le bloc s’effrite, le liseron grimpe.  

 

Un vélo, un vieux, un chien, un ballon. 

Sans un bruit traversent la ligne du décor. 

Les vieilles carcasses, usines malades,

Asthmatiques retiennent leur souffle rouge.

 

Les grognements de la ville au loin 

Ne parviennent plus depuis longtemps 

Un train passe, crissements soudain, des marches, 

Résonnent, des gamins déboulent, en hurlant. 

 

Genèse:manu(387) ->davidstr(388) ->manu(389) ->jackf(390)
Fatigu sur la faim, que j'tais...
Participations suspendues Réactions (2): VOIR/REAGIR

RETOUR A L'INDEX DES ORGIES

*/ ?>